Tout Savoir sur le Diabète chez le Chien | Les Causes, les Symptômes, les Traitements et la Prévention - Truffe delice

Tout Savoir sur le Diabète chez le Chien | Les Causes, les Symptômes, les Traitements et la Prévention

Votre chien boit et urine abondamment ? Vous craignez qu’il puisse avoir le diabète ? Ou alors, le vétérinaire a diagnostiqué le diabète chez votre animal de compagnie ? Le diabète chez le chien est équivalent à celui de l’homme. L’insuline ne régule plus correctement la glycémie, provoquant ainsi des phases d’hypoglycémie et d’hyperglycémie. Quels sont les causes, les symptômes, les complications et les traitements de cette pathologie ? Mais surtout, comment prévenir cette maladie ? Grâce à cet article, vous aurez les réponses à toutes ces questions.

Qu’est-ce que le diabète ?

Cette maladie est provoquée soit par un problème de sécrétion d’insuline ou soit par un problème d’action de l’insuline. Cette hormone régule la glycémie (la quantité de sucre dans le sang). Les glucides sont absorbés au niveau du système digestif après la consommation d’aliments. Lorsque cette hormone n’est plus sécrétée par le pancréas ou que son action devient inefficace, cela conduit au diabète. Le pancréas, qui se situe près du foie, est indispensable à la vie. Il participe à la digestion et à la régulation de la glycémie via la production d’insuline. Le taux de sucre dans le sang devient alors élevé, ce qui a pour conséquence des effets graves sur la santé. Il existe deux types de diabète.

Le diabète de type 1

Le diabète de type 1 ou diabète insulino-dépendant est une maladie auto-immune. Cela veut dire que le système immunitaire détruit certaines cellules pancréatiques. Ce sont ces dernières qui fabriquent l’insuline. Cette perte cellulaire aura pour conséquence l’arrêt de la production d’insuline. La glycémie ne peut donc plus être régulée. Cette pathologie est irréversible, contrairement à l’autre type de diabète. Le type 1 est le plus répandu chez le chien. 

Le diabète de type 1 chez le chien

Le diabète de type 2

Le diabète de type 2 ou diabète insulino-résistant est provoqué par une diminution de l’action de l’insuline avec l’âge. Une alimentation très sucrée dans le temps demande une forte stimulation des cellules pancréatiques, pour réguler la glycémie. Cela va induire une résistance à l’insuline. C’est-à-dire que les cellules seront moins sensibles aux effets de l’insuline. Il faut donc plus d’insuline pour faire passer le sucre présent dans le sang à l’intérieur des cellules. La glycémie sera alors moins bien régulée. D’ailleurs, ce sont souvent les chiens obèses qui sont atteints de ce type. Chez les humains, c’est le type de diabète qui est généralement rencontré chez les seniors.

Le diabète de type 2 chez le chien

Dans les deux cas, cette privation de sucre chez les cellules altérera le métabolisme du corps. La grande quantité de sucre est éliminée de l’organisme via les urines.

Quelles sont les causes du diabète chez le chien ?

Les causes du diabète chez le chien ne sont pas encore bien connues. Toutefois, plusieurs facteurs de risque peuvent prédisposer un chien à devenir diabétique.

La génétique

Pour le diabète de type 1, entre 0,05 % à 1,5 % des chiens sont porteurs de gènes responsables du diabète. Certaines races sont plus susceptibles d'être atteintes de cette pathologie.

  • Yorkshire terrier ;
  • Tibetan terrier ;
  • Cairn terrier ;
  • Fox terrier ;
  • Samoyèdes ;
  • Huskies de Sibérie ;
  • Carlin ;
  • Puddle ;
  • Bichon frisé ;
  • Beagle ;
  • Caniche toy ;
  • etc.

Le sexe et l’âge

D’autres critères, tels que l’âge et le sexe de l’animal, sont aussi des facteurs aggravants. Les chiennes, en particulier les femelles non stérilisées, sont deux fois plus susceptibles de développer un diabète que les mâles. Toutefois, les mâles castrés ont plus de risques que les non stérilisés.

Pour le diabète de type 2, le début de la maladie se déclare quand l’animal a entre 7 à 12 ans.

L’obésité

Dans la population canine, 24 % à 44 % sont obèses. Ce taux augmente avec l’âge et aussi avec celui du propriétaire. Il est ressorti (même si ce n’est pas une généralité) que les chiens en surpoids :

  • recevaient plus fréquemment de nourriture durant toute la journée ;
  • mangeaient une nourriture non équilibrée ;
  • faisaient peu de sport ;
  • avaient un maître aussi en surpoids.

Les conséquences de l’obésité sont multiples, telles que les troubles articulaires et le diabète.

Le traitement stéroïdien

Ce sont des médicaments qui contiennent des dérivés de cortisone. Ces traitements anti-inflammatoires sont utilisés pour des cas d’inflammations aiguës. Par exemple, lorsque le chien présente des douleurs dues à l’arthrose ou à une intervention chirurgicale. Ils sont aussi anti-allergiques et immunosuppresseurs dans les maladies auto-immunes. Toutefois, lorsque le traitement est long, des effets secondaires peuvent apparaître. En effet, cela peut induire la maladie de Cushing, et une diminution de l’action du système immunitaire qui engendre des infections.

>> Pour en savoir plus sur les traitements stéroïdiens : les anti-inflammatoires, comment ça marche ?

La maladie de Cushing

Le syndrome de Cushing, ou hyperadrénocorticisme, est une maladie hormonale assez connue chez le chien. Les glandes surrénales sécrètent de façon excessive une certaine hormone, qui est le cortisol. Deux formes de syndrome de Cushing se rencontrent :

  • La forme hypophysaire qui est la plus répandue, avec 85 % des cas. La cause est une tumeur au niveau de l’hypophyse. Celle-ci est plus souvent bénigne et peu volumineuse. La conséquence de cette présence est une production anormalement élevée d’hormone ACTH (adrénocorticotrope). Cette dernière stimule la production de cortisol au niveau des deux glandes surrénales.
  • La forme surrénalienne est retrouvée dans 15 % des cas. Elle est aussi causée par une tumeur bénigne ou maligne, mais cette fois-ci au niveau de l’une des deux glandes surrénales. La glande porteuse de la tumeur va produire du cortisol en excès, tandis que la seconde glande va s’atrophier.

Il faut noter que le cortisol joue un rôle dans la régulation de la glycémie. De plus, la maladie de Cushing est souvent concomitante avec le diabète.

>> Pour plus de renseignements sur cette pathologie et ses traitements : syndrome de cushing & la maladie hormonale du chien : le Syndrome de Cushing.

La pancréatite chronique

La pancréatite est une inflammation du pancréas chez le chien. Cette maladie se retrouve sous deux formes : aiguë et chronique. Si la forme aiguë n’est pas correctement soignée, elle devient chronique. Cette dernière est progressive et ses dommages sont irréversibles. Il existe plusieurs causes.

  • La cause métabolique : le syndrome de Cushing et l’hypothyroïdie peuvent provoquer une inflammation du pancréas.
  • La cause nutritionnelle : une alimentation trop riche en graisse et en sucre peut tendre vers une pancréatite.
  • etc.

Dans le cadre de cette maladie, l’insuline sera difficilement synthétisée, et par conséquent va générer un diabète.

>> Pour plus de détails sur la pathologie, les autres causes et les traitements : la pancréatite chez le chien & pancréatite chronique chez le chien.

>> Rien de mieux que des friandises saines et naturelles pour limiter les risques de pancréatite : viande séchée chien - Friandise naturelle – Truffe delice.

La maladie auto-immune

Tout comme chez les humains, nos amis les chiens peuvent eux aussi être atteints d’une maladie auto-immune.

Le système immunitaire se dérègle et fabrique des anticorps contre l’hôte. Il ne fait plus la différence entre les cellules du corps et les agents infectieux (bactérie et virus). Il existe plusieurs maladies auto-immunes qui touchent chacune un organe spécifique.

  • l’hypothyroïdie ;
  • la maladie d’Addison ;
  • le lupus systémique ;
  • etc.

>> Si vous souhaitez plus de renseignements sur les maladies auto-immunes : les maladies auto-immunes, anémie hémolytique, l'hypothyroïdie canine & le lupus chez le chien

Quels sont les symptômes ?

Certains symptômes de la maladie peuvent vous mettre la puce à l’oreille. D’ailleurs, il est important de bien observer son chien de façon régulière, afin de détecter le plus rapidement possible la présence potentielle de pathologie.

Les signes précoces

Certains signes précoces du diabète peuvent vous alerter :

  • La soif excessive : le chien a tendance à boire énormément et fréquemment, en dehors d’une augmentation de température de son environnement. Ce changement de comportement doit être surveillé. Si cette soif anormale persiste, consultez un vétérinaire dans les plus brefs délais. Attention, il faut toujours laisser à disposition de l’eau à votre animal. Il risquerait de se déshydrater.
  • L’augmentation de la miction : elle est provoquée pour réguler la glycémie. Le sucre est évacué dans les urines. Le chien va anormalement uriner de façon soutenue. Des “accidents” de pipi dans la maison chez un chien très propre peuvent être signe d’une maladie.
  • La perte de poids : Le chien perd du poids alors que la quantité d’aliments ingérée n’a pas diminué. Cela s’explique par l’inaptitude de l’organisme de l’animal à convertir les nutriments.
  • L’augmentation de l’appétit : l’animal diabétique semble avoir tout le temps faim. La raison est que le glucose est éliminé dans les urines. Par conséquent, les cellules n’obtiennent pas la quantité nécessaire de sucre pour un fonctionnement optimal. L’organisme du chien accentue l’envie de manger afin de recevoir une quantité suffisante de nutriments.

Les signes avancés

Si la maladie n’est pas détectée dès les premiers symptômes, des signes avancés feront leur apparition.

  • la perte d’appétit ;
  • le manque d’énergie ;
  • l’état dépressif ;
  • les vomissements.

Les signes d’un diabète non contrôlé

Lorsque le diabète est mal traité, les variations de la glycémie occasionnent des effets négatifs sur la santé.

  • la cataracte qui peut tendre vers une cécité ;
  • l’hypertrophie du foie ;
  • l’infection du tractus urinaire ;
  • la convulsion ;
  • l’insuffisance rénale ;
  • l’acidocétose : les propriétaires de chien diabétiques doivent impérativement avoir sous la main des tests de cétone. Si l’urine de l’animal est positive aux cétones, il faut contacter d’urgence le vétérinaire.

Attention, sans un traitement efficace et délivré dans les plus brefs délais, la vie du chien est en danger.

Quels sont les traitements ?

Si votre chien présente des symptômes compatibles avec le diabète, consultez un vétérinaire. Ce professionnel fera un diagnostic pour affirmer ou infirmer la présence de la maladie.

Le diagnostic

Pour diagnostiquer le diabète, des analyses de sang et d’urine permettent de détecter le taux élevé de glucose. Plus tôt le diabète est diagnostiqué et traité, meilleures sont les chances d’offrir une vie normale à son chien. De plus, des analyses complémentaires peuvent être effectuées afin d’observer la présence d’autres anomalies métaboliques. Lors du diagnostic, si l’état de santé de l’animal est mauvais, par exemple avec une acidocétose diabétique, il sera hospitalisé pour être stabilisé. Lorsque l’animal retrouve l’appétit sans vomir et n’est plus déshydraté, il peut enfin retourner à la maison. De plus, il ne doit pas avoir de présence de corps cétoniques dans le sang.

Les traitements

Le diabète de type 1 ne guérit malheureusement pas. Toutefois, un traitement à vie peut stabiliser la maladie et améliorer la qualité de vie du chien. En revanche, une rémission du diabète de type 2 est possible, s’il est dépisté et traité rapidement.

Votre vétérinaire consultera régulièrement votre chien, afin de s’assurer qu’il n’ait pas de complication et que vous gérez correctement les traitements à la maison.

Les différents traitements consistent à maintenir le plus possible une glycémie normale chez l’animal.

  • Le régime alimentaire : le vétérinaire conseillera une alimentation la plus appropriée possible pour limiter les effets de la maladie. Elle est constituée de protéines de qualité et de fibres.
  • L’exercice physique : afin d’éviter les pics ou les baisses soudaines de glycémie, il est important que le chien diabétique pratique une activité physique modérée et quotidienne. Attention, les efforts violents sont à éviter !
  • Les médicaments oraux, prescrits dans le cadre du diabète de type 2, augmentent la sécrétion d’insuline. Toutefois, ils sont peu utilisés, car leur action est faiblement efficace chez les chiens.
  • La prise de sang : cette analyse mesure et contrôle la glycémie dans le temps.
  • L’injection d’insuline : la principale médication qui permet de réguler correctement la glycémie. En effet, la plupart des animaux diabétiques auront besoin quotidiennement d’injections sous-cutanées d’insuline. N’ayez pas d’inquiétudes, votre vétérinaire vous enseignera comment bien administrer l’insuline à votre animal de compagnie. Ce traitement vous semblera contraignant au début, car les piqûres sont programmées tous les jours, matin et soir, à la même heure. Mais rassurez-vous, cela devient une habitude avec le temps. De plus, il est très facile d’injecter l’insuline grâce au stylo injecteur.

Les objectifs du traitement :

  • améliorer les symptômes du diabète et la qualité de vie du chien ;
  • limiter la présence du glucose dans les urines ;
  • éviter l’apparition des complications liées à la maladie, telles que la cataracte et l’accumulation de corps cétoniques.

Quelles sont les complications du diabète chez le chien ?

D’une façon générale, les animaux diabétiques ont une santé plus fragile. En effet, ils sont plus souvent victimes d’infections et ils guérissent plus lentement. Même si le traitement est suivi à la lettre, des complications peuvent apparaitre.

Les problèmes oculaires

Avoir le diabète induit des conséquences sur l’intégrité oculaire. Par exemple, 80 % des chiens diabétiques développeront une cataracte et pourront par la suite devenir aveugles.

Toutefois, un vétérinaire ophtalmologiste peut y remédier par chirurgie, lorsque le diabète est stabilisé. Les cristallins, devenus opaques, seront retirés. L’animal pourra ainsi retrouver la vue.

Les problèmes urinaires

En plus des problèmes oculaires, 50 % des animaux diabétiques présenteront des infections urinaires à répétition. Pourquoi ? Les urines des malades sont sucrées et cela est propice au développement de bactéries dans le tractus urinaire.

Les autres complications possibles

 Il faut avoir conscience qu’une glycémie élevée prolongée va générer des conséquences graves sur la santé. Ces complications surviennent souvent lorsque le traitement n'est pas suivi correctement.

  • L’acidocétose diabétique est une complication aiguë du diabète. La cause est une concentration d’insuline trop faible dans le sang, dans le cadre d’un diabète non diagnostiqué ou mal traité. L’accumulation de substances toxiques, les corps cétoniques, induit une élévation de l’acidité du sang.
  • Une autre complication métabolique, le syndrome hyperosmolaire hyperglycémique, qui est caractérisée par une forte déshydratation, une hyperglycémie sévère, une hyperosmolarité et une altération de la conscience.

Dans les deux cas, la vie de votre animal est en danger. Si le chien souffre de vomissements, de diarrhée et de léthargie, il faut immédiatement l’emmener chez le vétérinaire. Il sera sûrement hospitalisé plusieurs jours en soins intensifs pour y subir une batterie de tests et être soigné.

Comment prévenir le diabète ?

Ce qu’il faut surveiller

Il est tout à fait possible de limiter le risque de diabète. D'ailleurs, la prévention doit être suivie tout le long de la vie de l'animal.

  • La race : tout d’abord, si vous choisissez un chien de race, renseignez-vous sur les antécédents de la lignée du chiot auprès de l’éleveur. C’est une évidence de sélectionner le meilleur éleveur possible. Vous éviterez ainsi d’acheter un animal qui possède une anomalie génétique prédisposant au diabète.
  • L’alimentation : il est vital de nourrir son animal de compagnie avec les meilleurs aliments possibles. Les glucides et les mauvaises graisses doivent être très limités. Certaines nourritures humaines sont néfastes à long terme, telles que le hot-dog, le jambon, le bacon, etc. D’ailleurs, une mauvaise alimentation peut induire une pancréatite.
  • La pancréatite : cette pathologie peut avoir plusieurs causes. Par exemple, une infection, un traitement médicamenteux, une tumeur, une mauvaise alimentation et un syndrome de Cushing sont des facteurs de risque de la pancréatite. Il est donc important d’être vigilant quant à l’intégrité de cet organe chez son chien.
  • La stérilisation : Comme nous l’avons vu, les chiennes non stérilisées ont plus de risque de déclarer un diabète. La stérilisation peut donc être une solution pour prévenir la pathologie.
  • La maladie endocrinienne : le syndrome de Cushing et l’hypothyroïdie peuvent induire le diabète. Il faut donc bien faire suivre son animal par un vétérinaire compétent pour limiter ce risque irréversible.
  • L’activité physique : Le sport est nécessaire dans la vie d’un chien. Il joue un rôle dans la régulation du métabolisme. Un chien obèse qui ne fait pas d’activité physique durant des années sera plus enclin à déclarer un diabète. Il faut sortir son chien quotidiennement pour entretenir sa santé.

Ce qu’il faut retenir

  • Le diabète est une maladie très grave et irréversible. Elle est mortelle, si elle n’est pas bien traitée.
  • Il existe beaucoup de causes qui vont induire cette pathologie (traitement, mauvaise alimentation, prédisposition génétique, inactivité physique, maladie auto-immune, âge, sexe, etc).
  • Les symptômes du début d’un diabète sont une soif excessive, une forte envie d’uriner, un grand appétit et une perte de poids.
  • Les injections d’insuline quotidiennes stabilisent la maladie pour garantir une bonne qualité de vie au chien. Pour le diabète de type 2, une bonne prise en charge permet de guérir cette pathologie, si cela est pris tôt.
  • Une alimentation saine et appropriée, une activité physique, un bon suivi médical, par exemple, limiteraient le développement du diabète.

Malgré la maladie, avoir un chien diabétique n’est pas une fatalité. Le principal est de suivre scrupuleusement le traitement, de le nourrir correctement et de lui faire pratiquer une activité physique douce quotidiennement. Votre compagnon à quatre pattes vivra ainsi convenablement pendant des années.

 

>> Si vous souhaitez donner des friandises saines et sans glucides à votre toutou cliquez ici : friandise naturelle pour chien – Truffe delice & gourmandises pour chien – Truffe delice & activités masticatoires pour chien – Truffe delice.

>> Un peu de sport en jouant ? Regardez les magnifiques jeux d’interaction écoresponsables : jouets écologiques – Truffe delice.

 

Sources :